Dans le CMag de décembre/janvier 2017, vous pourrez lire ce qui suit au sujet des transports charentonnais:

capture-decran-2016-12-12-a-20-04-37

Nous ne pouvons que nous réjouir du soudain intérêt que la majorité municipale porte aux transports sur sa ville. Le journal nous fait donc part des demandes de la ville, avec une plus grande fréquence sur la ligne 24 en fin de semaine, le prolongement de la ligne 87 ainsi que la mise en place de bus articulés pour la ligne 180. Bien qu’au vu du parcours de cette dernière, il soit sans doute compliqué de mettre en place ces bus articulés, nous saluons ces demandes, et espérons qu’elles trouveront une réponse positive. Toutefois, elles nous semblent limitées et passent à côté de l’occasion que représente le Grand Paris des Bus.

Le Grand Paris des Bus

capture-decran-2016-12-13-a-16-32-26

Le Grand Paris des Bus est un projet de refonte du réseau RATP des bus, avec des créations de lignes, et des modifications de parcours qui nous affectent au premier chef. 3 grands changements interviennent pour nous :

  • Prolongement de la ligne 87 depuis la Porte de Charenton jusqu’à la gare de Joinville et raccourcissement à Gare de Lyon
  • capture-decran-2016-12-12-a-20-35-20Prolongement de la ligne 325 jusqu’à Quai de la Gare
  • capture-decran-2016-12-12-a-20-34-08Raccourcissement de la ligne 24 à Gare d’Austerlitz, prolongement à Vert de Maisons

capture-decran-2016-12-12-a-20-34-26

Plusieurs problèmes se posent :

  1. Pourquoi ces raccourcissements ?

En effet, on est en droit de questionner l’utilité de la ligne 87 qui ne servirait qu’à faire la liaison entre deux stations du RER A et de ligne 24 bis. Pourquoi ne pas maintenir dans les grandes lignes le parcours du 87?

Pourquoi raccourcir la ligne 24? On nous prétexte une faible utilisation des portions Gare d’Austerlitz – Gare Saint-Lazare; mais peut-être que cette portion est très peu utilisée car la fréquence aujourd’hui sur cette ligne est ridicule!

Pour Charenton, il y a un réel risque, notamment pour son activité hôtelière: il suffit de prendre une seule fois le 24 autour de 9h ou 10h du matin pour voir des petits groupes monter dans le bus à hauteur de la station Parc de Bercy pour aller jusqu’à Notre-Dame ou Saint Michel. Pensons également aux étudiants charentonnais, qui pour certains vont faire leurs études supérieures dans les universités parisiennes ou dans les classes préparatoires dites de la Montagne. Au Maire de Charenton donc de défendre ce tronçon de la ligne 24, au moins jusqu’à la station Saint Michel.

2. Quid des horaires?

Justement, aucune réflexion n’est aujourd’hui menée à ce sujet au niveau de la région, si tant est que notre maire s’inquiète de la fréquence du 24 en fin de semaine. Néanmoins, ce n’est pas seulement en fin de semaine qu’un travail sur la fréquence doit être fait, mais à toutes les heures de la journée, et sur toutes les lignes!

img_2706

Horaires du 24

img_2707 img_2708

En effet, quand on voit comment se retrouvent bondés le métro et le tramway aux heures de pointes — réelles, non pas celles dictées par la RATP ; on se dit qu’il faudrait un réseau de bus efficace en Ile-de-France, et particulièrement sur un territoire comme celui de Charenton, d’où un certain nombre d’habitants part pour se rendre sur leur lieu de travail, mais aussi qui est traversé par nombre de Franciliens, vers Paris et vers le Val-de-Marne.

Si nous réfléchissons aussi aux horaires du tramway et du métro, nous voyons également qu’il y a un problème au niveau des intervalles de passage.

A 8h45 à Porte de Charenton

A 8h45 à Porte de Charenton, 6 et 11 minutes d’attente

Entre 2 tramways peuvent passer 3 ou 4 métros. Ce qui veut dire qu’à Porte de Charenton, plus de 120 personnes peuvent arriver vers 8h45 du matin, pour monter dans un tramway. Au-delà du danger que cela pose, et que l’on nous parle souvent des coûts de l’amélioration du réseau, mais parle-t-on du coût économique, social et environnemental de ses tares?

3. La taille des bus et l’accessibilité

Parallèlement à la fréquence des bus, nous avons un vrai sujet à Charenton autour de la capacité des bus. En effet, le bus 24 et 109 ont autour de 20 places assises, et sans aucune compensation en termes d’espaces pour être debout. Là aussi, on est en droit de se poser des questions en ce qui concerne le matériel roulant, qui n’est absolument pas dans l’optimisation de l’espace intérieur des bus.

Encore une fois, le Maire de Charenton devrait également porter ce sujet. Il le fait avec la ligne 180 pour avoir un bus articulé. Ne nous arrêtons pas en chemin, travaillons avec la RATP pour avoir des bus sur les 5 lignes de notre territoire qui soient aux dimensions requises pour une ville à la croisée des chemins. Par exemple, ayons des bus qui soient sur les mêmes critères de place que les bus de la ligne 111 ou 87 (qui ont plus de 30 places assises) !

Enfin, rien n’est précisé quant à l’accessibilité des arrêts de bus de ces lignes. Voici la situation sur nos lignes de bus actuelles, la ligne 87, la ligne de métro et la ligne de tramway :

  • La ligne 24 : 3 arrêts non-accessibles dont un sur Charenton (Gare Saint-Lazare, Pont Neuf – Quai des Grands Augustins, Pont National – Quai de Bercy)
  • La ligne 87 : 4 arrêts non-accessibles (Breteuil, Saint-François-Xavier vers Champ de Mars, Vaneau – Babylone, Bastille – Rue Saint-Antoine).
  • La ligne 109 : 5 arrêts non-accessibles, soit la quasi totalité de la ligne ! (Terroirs de France, Pont National – Quai de Bercy, Pont Nelson Mandela – Rives de Bercy, Archevêché et Liberté).
  • La ligne 111 : 14 arrêts non-accessibles, dont 2 sur Charenton (Pont National-Quai de Bercy, Bercy, Baron Le Roy, Porte de Charenton, Pont de Charenton, Épinettes, Val d’Osne, Mairie de Saint-Maurice et Passerelle de Charentonneau vers Champigny, Passerelle de Saint-Maurice, Place de l’Écluse, Voisin – République, Maurice Berteaux vers Terroirs de France, Champigny-Saint-Maur RER).
  • Les lignes 180 et 325 : entièrement accessible (même si l’arrêt Avenue de Gravelle sur Rue de la République serait discutable du point de vue accessibilité) !
  • La ligne 8 du métro : non-accessible.
  • La ligne T3b : entièrement accessible.

 

Ainsi, vous pouvez voir qu’il est possible de faire bouger les lignes en ce qui concerne le transport à Charenton; et qu’il est dans les mains de la majorité municipale de mener ces chantiers, qui influencent ceux des transports en général dans notre région, ceux de l’écologie et de la pollution (les dysfonctionnements du réseau lors du pic de pollution l’illustre parfaitement), c’est à dire des sujets à la fois socio-économiques et relevant de la santé publique!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *