Aire d’accueil des gens du voyage : suite

2013-Aire accueilDepuis maintenant plusieurs semaines, les élus UMP et UDI des villes proches du bois de Vincennes prétextent une volonté de préserver le bois pour expliquer leur opposition à l’installation d’une aire d’accueil de gens du voyage, qui sera coincée entre le centre de rétention administratif et la Garde Républicaine. Au fil des débats et de leur manifestation, les langues se délient et les vraies motivations se dévoilent. En réalité, ils n’ont que faire de la préservation du bois. Leur seul objectif est de surfer sur des sentiments de peur et d’exclusion à l’égard d’un type de population, afin de faire parler d’eux. Lire la suite

Aire d’accueil des gens du voyage : la manipulation des Charentonnais par la peur !

2013-Aire accueil

Le 18 février dernier, lors du conseil de la communauté de communes, c’est un échange bien curieux qui a eu lieu entre Gilles-Maurice Bellaïche et Jean-Marie Brétillon. Il portait sur l’implantation d’une aire d’accueil de gens du voyage dans le bois de Vincennes (75012 Paris). 
J-M Brétillon a proposé, en fin de séance, un vœu à adresser à la Ville de Paris pour qu’elle engage de meilleures consultations avec les villes riveraines du bois sur l’implantation de cette aire et sur la préservation de la Charte qui régit l’utilisation du bois.

Les termes du vœu permettaient globalement de donner une image unanime des élus Charentonnais. 
Ce vœu n’était pas prévu à l’ordre du jour, ce qui est contraire à la loi ! Toutefois, nous avons pris acte de cette demande et proposé une petite modification, qui portait sur la suppression de 3 mots qui auraient pu laisser supposer des intentions contraires à celle des élus de la communauté de communes.
Dans le même temps M. Christian Cambon, Maire de Saint-Maurice, (qui découvrait lui aussi le texte !) demandait de supprimer un mot… qui faisait aussi partie des trois mots que nous contestions. Lire la suite

Refonte de l’école : Pourquoi et comment ?

2013- Aristide BriandDepuis sa nomination au ministère de l’éducation, Vincent Peillon a clairement annoncé son ambition de refonder le système d’éducation de nos enfants, en accord avec les priorités qui ont été fixées par François Hollande depuis son élection.

Le constat est partagé par tous. Les conditions de l’enseignement en France se dégradent d’années en années. A la sortie du primaire, le nombre d’élèves en situation d’échec scolaire a explosé. A moins de vouloir sacrifier plusieurs générations d’enfants, il devenait urgent d’agir !

La refonte de l’école passe d’abord par une réforme des rythmes scolaires :

Depuis les réformes de 2007-2008, la France est le seul pays européen à avoir concentré le temps d’enseignement sur 144 jours d’écoles par an alors que dans les autres pays européens,  il est étalé sur environ 187 jours. Les journées sont surchargées et nos enfants apprennent mal. En étalant la durée d’enseignement hebdomadaire sur 4,5 journées, sans modifier la durée total d’enseignement, le rythme des enfants sera mieux respecté et leur apprentissage facilité. Lire la suite