2011-EnvironnementEn matière d’environnement, toutes les collectivités territoriales ont autorité pour agir si elles le souhaitent. Communes, départements ou régions sont donc libres de prendre des initiatives. Mais l’environnement ne doit pas se résumer à une simple question de jardinage et de gestion des espaces verts. Ce n’est pas non plus une casquette que l’on met pour attirer l’électeur, pour ensuite annoncer que « l’environnement, ça commence à bien faire ». Dans ce domaine, le Conseil général du Val-de-Marne assume, par conviction, largement sa part et démontre chaque jour une véritable volonté d’action. A l’inverse, les Maires de notre canton se contentent de planter quel­ques décorations florales par ci et un arbre par là, comme si une plate-bande d’œillets d’Inde allait résoudre à elle seule le changement climatique.

La préservation des ressources en eau, un enjeu important

Le Conseil général a pris très tôt la mesure des enjeux en s’engageant dans une politique de réduction de son impact sur l’environnement. Il a notamment développé un programme de rénovation des collèges pour améliorer leur isolation thermique, réduire leur consommation énergétique et leurs rejets de CO2. Le confort des élèves s’en trouve alors sensiblement amélioré. Cet effort sera poursuivi sur l’ensemble des bâtiments appartenant au Conseil général.

Nos communes ne peuvent malheureusement pas se vanter d’une politique aussi ambitieuse ! Leurs actes annoncent d’ailleurs clairement leur renoncement, puisque palmiers et oliviers sont d’ores et déjà installés sur nos places et dans nos rues, comme pour mieux attendre le réchauffement climatique annoncé.

L’action du Conseil général en matière d’environnement ne se limite pas à la lutte contre le changement climatique. En effet, la préservation des ressources en eau que nous consommons, représente un enjeu important dans un département aussi urbanisé que le Val-de-Marne. Le Conseil général s’est donc fixé comme objectif de protéger ses cours d’eau, notamment la Seine et la Marne, et d’en améliorer la qualité sur le long terme. Citons, l’amélioration du réseau d’assainissement permettant de limiter l’impact des habitants sur l’eau de la Seine, pilotée et financée par le Conseil général.

Un itinéraire cyclable sur le chemin de Halage de la Marne

Le département finance également une partie non négligeable des travaux nécessaires à l’aménagement d’un itinéraire cyclable sur le Chemin de Halage qui bénéficiera à nos deux communes et a fait figurer les aménagements spécifiques du bras de Gravelle dans son «Plan bleu », un plan qui signe son « Engagement pour l’eau dans le Val-de-Marne ».

La réduction des déchets, la sensibilisation des val-de-marnais aux problèmes environnementaux, la définition des cartes du bruit ou la promotion des moyens de transports alternatifs à la voiture sont autant d’actions que le département s’engage à piloter dans le futur.

Changer de Conseiller général dans notre canton, c’est faire en sorte que les enjeux environnementaux de nos communes soient pris au sérieux, et pas seulement au printemps !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :