Ci-gît la démocratie locale à Charenton.

Date de décès : 17 février 2016

Lieu : Salle du Conseil Municipal

Cause du décès : fièvre d’autoritarisme de la majorité municipale.

Ce mercredi 17 février 2016, nous avons pu assister lors du Conseil municipal à la débâcle du débat public dans son sens le plus noble, lui qui a laissé place la bêtise publique. Lors du Débat d’Orientation Budgétaire, moment fort de l’année, qui voit l’énonciation des principales directions budgétaires et politiques de l’année, à l’issue de l’intervention de Gilles-Maurice Bellaïche (cliquez ici pour la retrouver), président des élus du groupe «Charenton avant tout», notre maire jugea de bon ton d’y répondre : «Charenton, on l’aime ou on la quitte». Phrase à la suite de laquelle nos élus ont décidé de quitter la salle du conseil municipal.

160217-Le Paris les élus PS quitent le Conseil

A ce scandale voici notre réponse.

Elus de la majorité, aimez-vous votre ville quand jamais vous ne consultez ses habitants sur des projets qui les concernent directement, quand nous proposons de toujours les associer ?

Aimez-vous votre ville quand vous faites fi des remarques de ses habitants, au travers de ses associations, contre vos projets, quand nous souhaitons le respect de la démocratie participative ? (Retrouvez ici notre article sur le projet du Lycée Jean Jaurès et du Quartier du Pont).

Projet quartier du Pont, a Charenton

Projet quartier du Pont, a Charenton

Lycée Jean Jaurès

Lycée Jean Jaurès

 

Aimez-vous votre ville quand vous jugez que toute une partie de ses habitants n’a pas le droit au confort de vie que toute personne à Charenton peut exiger, quand nous proposons, entre autres, de remédier au bruit le long de l’A4, du Périphérique et des voies ferrées ? (Retrouvez ici notre article sur l’obstruction de M.Brétillon en ce qui concerne les murs anti-bruits).

Protections phoniques à Maisons-Alfort

Protections phoniques à Maisons-Alfort

Aimez-vous votre ville quand vous considérez que remettre en cause votre politique, c’est ne pas l’aimer ? Aimez-vous votre ville quand vous refusez de donner la parole à Chantal Gratiet lors du conseil municipal ? Aimez-vous votre ville quand vous ne respectez pas les élus d’opposition, quand nous proposons, entre autres, de filmer les conseils municipaux et de poster celles-ci sur le site de la ville, comme le font de plus en plus de villes ?

Aimez-vous votre ville quand vous constituez des plans d’urbanisme totalement déséquilibrés, que ce soit à Bercy ou dans le quartier du Pont, quand nous proposons un compromis ambitieux entre nos besoins de logements et le patrimoine architectural de Charenton ? (Retrouvez ici notre article qui dénonce la politique municipale du logement, et ici nos propositions pour le logement charentonnais).

Aimez-vous votre ville quand vous abandonnez totalement le projet Bercy-Charenton, dont on se demande encore pourquoi le nom de notre ville y est mentionné, tant votre absence y est flagrante, quand nous proposons de l’utiliser pour développer de nouvelles perspectives et débloquer ce quartier de Bercy ?

Projet urbain Bercy-Charenton

Projet urbain Bercy-Charenton

Aimez-vous votre ville quand vous, qui êtes sensés la représenter, ne portez aucune proposition dans les institutions où vous êtes présents pour notre ville, notamment au Conseil départemental, où on se demande ce que font Hervé Gicquel et Chantal Durand ; quand les Charentonnais sont en droit d’avoir des représentants complétement dévoués à leur mandat ?

Aimez-vous votre ville quand, dans le Débat d’Orientation Budgétaire, vous n’évoquez même pas la question écologique, quand cette ville se situe entre le Bois de Vincennes, la Seine, la Marne ? Aimez-vous votre ville quand vous ne faites de la politique qu’avec les prochaines échéances électorales pour ligne de mire, alors que nous proposons qu’après la COP 21, notre ville lance un grand plan pour l’écologie ; alors que même que depuis 2011, votre collègue de Saint-Maurice a installé sur la résidence Delacroix des panneaux solaires ?

Logo COP 21

Logo COP 21

Aimez-vous votre ville quand vous menez une politique sociale désastreuse, en témoigne la difficulté qu’ont les associations humanitaires et caritatives pour répondre aux besoins des plus pauvres de ses habitants, avec une baisse de leurs subventions municipales de 4% entre 2013 et 2014, quand nous souhaitons un véritable partenariat et coordination avec celles-ci ?

Aimez-vous votre ville quand vous supprimez sa navette, alors que nous souhaitions un travail de fond, concerté avec sa population, pour trouver un système de transport municipal adapté ?

Aimez-vous votre ville quand vous mentez à ses habitants, communicant sur les taux des taxes d’habitations et foncière, mais en omettant la fiscalité insidieuse, liée à la suppression de la zone bleue, au barème de la restauration scolaire ; quand nous prônons la transparence totale ?

Aimez-vous votre ville quand plusieurs d’entre vous s’évertuent à en sacrifier la culture, notamment Hervé Gicquel pendant la campagne des élections départementales de 2015 ; quand nous pensons que la culture est ce qui soude un territoire autour de valeurs communes ? (Retrouvez ici notre lettre ouverte à la maire adjointe à la culture).

Aimez-vous votre ville quand votre politique de sécurité n’est qu’une politique de façade, tant les cambriolages, les coups et blessures, les vols deviennent de plus en plus inquiétants depuis 2011 ; quand nous proposons de donner de véritables moyens à la police municipale ? (Cliquez ici pour notre article sur la politique catastrophique de sécurité à Charenton).

Données de l'ONDRP en 2012 (La moyenne française est en vert, la moyenne d’Île-de-France en jaune, du Val-de-Marne en rouge, de Charenton en bleu)

Données de l’ONDRP en 2012 (La moyenne française est en vert, la moyenne d’Île-de-France en jaune, du Val-de-Marne en rouge, de Charenton en bleu)

Non, élus de la majorité, vous n’aimez pas votre ville. Alors soyez cohérents, allez au bout de votre logique, assumez et partez ! Le premier d’entre vous a choisi de le faire, en démissionnant de son mandat de maire. A son image, prenez sa suite, et abandonnez votre mandat de conseiller municipal.

De notre côté, nous, socialistes, nous resterons. Nous resterons pour dénoncer vos actions et votre inaction. Nous resterons pour témoigner auprès de nos amis charentonnais de votre incapacité à diriger cette ville. Nous resterons pour prouver que le nom que nous avons choisi pour notre groupe d’élus, Charenton avant tout, n’est pas qu’un nom, mais un programme à lui tout seul, car le plan que le groupe majoritaire Charenton demain propose, c’est celui de tout laisser pour le lendemain, voire remettre tous les projets d’investissements aux calendes grecques.

LogoCAT

Nous restons pour vous proposer à vous, habitants de notre chère ville, un autre projet, une autre vision pour Charenton : construire une ville à votre image.

(Cliquez ici pour retrouver l’article du Parisien qui retrace les évènements)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :