Aire d’accueil des gens du voyage : la manipulation des Charentonnais par la peur !

2013-Aire accueil

Le 18 février dernier, lors du conseil de la communauté de communes, c’est un échange bien curieux qui a eu lieu entre Gilles-Maurice Bellaïche et Jean-Marie Brétillon. Il portait sur l’implantation d’une aire d’accueil de gens du voyage dans le bois de Vincennes (75012 Paris). 
J-M Brétillon a proposé, en fin de séance, un vœu à adresser à la Ville de Paris pour qu’elle engage de meilleures consultations avec les villes riveraines du bois sur l’implantation de cette aire et sur la préservation de la Charte qui régit l’utilisation du bois.

Les termes du vœu permettaient globalement de donner une image unanime des élus Charentonnais. 
Ce vœu n’était pas prévu à l’ordre du jour, ce qui est contraire à la loi ! Toutefois, nous avons pris acte de cette demande et proposé une petite modification, qui portait sur la suppression de 3 mots qui auraient pu laisser supposer des intentions contraires à celle des élus de la communauté de communes.
Dans le même temps M. Christian Cambon, Maire de Saint-Maurice, (qui découvrait lui aussi le texte !) demandait de supprimer un mot… qui faisait aussi partie des trois mots que nous contestions.

A notre grande surprise J-M Brétillon a accepté la modification demandée par M. Cambon, mais pas la nôtre.
Comme explication, à cette attitude qui empêchait le consensus de tous les élus, le Maire de Charenton nous a répondu : 
« Franchement cela ne m’arrangerai pas que vous votiez ce vœu ».

Plus clair il ne pouvait l’être ! Son intention était seulement de créer un clivage entre nous.
Jean-Marie Brétillon n’a que faire des véritables problèmes posés par l’implantation de cette aire, ni pour les Charentonnais, ni pour les populations concernées. En définitive, le positionnement de cette majorité sur cette aire destinée aux gens du voyage et la pétition qu’ils nous proposent ne sont qu’une façon de « surfer » sur des relents nauséabonds d’exclusion et de peur.
Le seul but de leurs actions est de provoquer un sentiment d’angoisse en utilisant la vielle recette de la crainte des « voleurs de poules ».
Cette attitude nous attriste, montre la tentative de manipulation autour de ce dossier qui mérite un autre traitement et n’honore pas son auteur.
Au final, ce voeu n’aura pas été voté, puisque sa présence à l’ordre du jour était contraire à la loi ! Ce qui n’empêche pas M. Brétillon  d’indiquer sur son site internet, et sur le site de la ville de Charenton, que ce voeu a été adopté… un mensonge de plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *